Que faire quand on est tombé enceinte par accident ?

Tomber enceinte par accident : que faire avec une grossese non désirée ?

Vous avez des retard par rapport à vos règles ? Vous avez des vomissements ? Vous sentez que vous êtes enceinte ?

Les questions fusent dans nos têtes à savoir que faire si je suis tombé enceinte par accident ?

Découvrez nos conseils pour une grossesse non désirée.

Pourquoi je suis tombé enceinte par accident ?

Coitus Interruptus

Vous pouvez tomber enceinte lors d’un rapport sexuel inversé. En fait, cela a entraîné de nombreuses grossesses non désirées.

Comme vous le savez, elle consiste à retirer le pénis du vagin juste avant l’éjaculation et à éjaculer en dehors du vagin.

Cette technique exige un haut niveau de contrôle de la part du partenaire masculin, et pourquoi ne pas le dire, elle entraîne une insatisfaction sexuelle dans le couple. Malheureusement, cette technique est encore trop souvent utilisée.

Nous considérons également cette méthode comme étant à haut risque car avant l’éjaculation, un liquide lubrifiant transparent est sécrété qui contient des spermatozoïdes dans la majorité des cas, ce qui signifie qu’il existe un risque élevé de grossesse.

Douche après un rapport sexuel

Il est courant que les gens essaient de trouver une solution rapide et folle à la situation immédiatement après un rapport sexuel non protégé.

Vous vous demandez peut-être si les douches vaginales peuvent résoudre le problème.

La réponse est non. Ils sont inutiles. Les spermatozoïdes atteignent rapidement le col de l’utérus après l’éjaculation, et montent rapidement dans la cavité utérine.

La pilule du lendemain est indiquée dans ce type de situations extraordinaires, lorsqu’il y a eu une relation à risque non protégée ou lorsqu’un préservatif s’est rompu.

Il est important de noter que la pilule du lendemain interfère sérieusement avec le cycle menstruel de la femme, provoquant des saignements ou des menstruations avant la date prévue.

La pilule du lendemain contient de fortes doses d’hormones qui empêchent la nidation de l’ovule dans l’utérus s’il a été fécondé.

Erreurs dans les jours d’ovulation

C’est un classique parmi les méthodes naturelles pour ne pas tomber enceinte. Ce que l’on sait moins, c’est à quel point elle est inefficace.

La méthode du calendrier de fertilité (également appelée méthode Ogino) consiste à prévoir les jours d’ovulation et à s’abstenir de tout rapport sexuel pendant ces jours.

Il s’agit sans aucun doute d’une méthode qui conditionne la vie sexuelle du couple, car elle fixe certains jours pour avoir des rapports sexuels.

Il est également très difficile de savoir exactement quels sont les jours fertiles d’une femme.
Vous vous demandez peut-être : comment savoir quels sont les jours fertiles ? Il n’est pas facile de répondre à cette question!

L’ovulation est souvent facilement avancée ou retardée, ce qui rend impossible de prévoir ces jours fertiles avec précision. Dans le cas des femmes ayant des menstruations irrégulières, il s’agit d’un réel danger.

L’ovulation en tant que telle est soumise à de nombreux facteurs tels que le stress, la perte de poids, l’anxiété, les voyages, etc. En outre, il existe de rares cas où l’ovulation se produit même les jours de saignement.

Rapport pendant les règles

Oui, on peut tomber enceinte pendant tes règles. Il y a peu de chances que l’ovulation ait lieu à ce stade du cycle, mais on ne peut pas l’exclure avec certitude et une grossesse peut survenir.

Donc si vous décidez de faire l’amour pendant les règles, cela ne t’empêche pas d’utiliser une vraie contraception pour éviter de tomber enceinte.

Rapports sexuels non protégés après l’accouchement

De nombreuses femmes qui viennent de vivre une grossesse pensent que l’ovulation peut être retardée indéfiniment. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Voilà ce qui est important :

Après l’accouchement, l’ovulation reprend généralement après 6 semaines si vous n’allaitez pas. Mais parfois, même si vous allaitez, l’ovulation peut se produire.

C’est pourquoi nous recommandons de reprendre l’utilisation de contraceptifs 6 semaines après l’accouchement pour éviter les grossesses dites de quarantaine.

Les conséquences d’une grossesse non désirée

Face à une grossesse non désirée, les femmes et les couples sont confrontés à des choix difficiles. Il y a essentiellement deux options qui s’offrent à eux :

  • Tenter d’interrompre la grossesse par un avortement provoqué, avec tous les risques et les conséquences que cette procédure comporte dans les sociétés où elle est légalement limitée.
  • Continuer avec la grossesse non désirée
  • Placement en vue de l’adoption : avoir le bébé et le donner en adoption pour qu’il soit confié à une autre personne ou famille.

Chacune de ces décisions a des conséquences sur la santé, la situation sociale et économique de la femme, de son partenaire et de sa famille. En outre, ils influencent également les conditions de santé et de développement des sociétés.

Les conséquences sur la santé des femmes sont indirectes : les conséquences les plus graves découlent de l’avortement provoqué, auquel les femmes ont recours pour tenter d’éviter une grossesse non désirée, et qui est pratiqué dans des conditions de secret et d’insécurité.

La poursuite des grossesses non désirées a également des conséquences sur la santé de la mère et de l’enfant, car elles surviennent plus fréquemment chez les femmes aux deux extrémités de leur vie reproductive, périodes durant lesquelles les risques sont les plus grands.

Ces deux types de répercussions sur la santé sont détaillés dans les sections qui suivent. Enfin, les grossesses non désirées ont des conséquences qui vont au-delà de l’individu et touchent la société dans son ensemble.

Qu’est-ce qu’il est bon de prendre en compte pour m’aider à décider ?

Lorsqu’elles prennent une décision concernant une grossesse non planifiée, de nombreuses personnes réfléchissent attentivement à des éléments tels que leur famille, leurs relations, l’école, le travail, l’argent, leurs objectifs de vie, leur santé, leur sécurité et leurs convictions personnelles.

Réfléchissez à ce que vous ressentez lorsque vous pensez à l’avortement, à l’adoption et au choix d’élever un enfant. Par exemple, vous pouvez vous demander ce que vous voulez pour votre avenir et pour votre famille ou future famille.

Il peut être utile de se poser les questions suivantes :

  • Comment cette décision affecterait-elle mon avenir ?
  • Comment cette décision affecterait-elle ma famille ou mes autres enfants ?
  • Suis-je capable de vivre une grossesse et un accouchement (donner naissance) ?
  • Suis-je en mesure d’élever un enfant en ce moment ?
  • Ai-je des convictions religieuses ou personnelles sur l’avortement, l’adoption ou l’idée d’élever un enfant ?
  • Quelqu’un me met-il la pression pour que je prenne une décision ?
  • Ma décision entraînerait-elle un changement dans ma vie que je ne souhaite pas ?
  • Ma famille, mes amis et mon partenaire soutiendraient-ils ma décision ?

Il y a beaucoup de choses à prendre en considération, et il est tout à fait normal de ressentir de nombreuses émotions différentes en examinant vos options. De nombreuses personnes recherchent le soutien et les conseils d’autres personnes lorsqu’elles doivent prendre une décision. Il est bon de choisir des personnes dont vous savez qu’elles sont compréhensives et ne vous jugeront pas.

À qui puis-je parler de mes options ?

Lorsque vous réfléchissez aux options qui s’offrent à vous en cas de grossesse non planifiée, il peut être utile de parler à votre partenaire, à votre famille, à vos amis, à un conseiller ou à un conseiller religieux en qui vous avez confiance.

Vous pouvez également vous rendre dans d’autres centres de planning familial et chez des médecins privés pour discuter de votre décision. Toutefois, soyez prudent lorsque vous recherchez un centre de santé et assurez-vous qu’il est fiable. En effet, il existe des cliniques appelées “centres de crise de la grossesse” qui prétendent offrir des services de grossesse, mais qui sont dirigées par des personnes opposées à l’avortement et qui ne vous donneront pas toutes les informations sur vos possibilités de grossesse. Elles peuvent vous mentir ou essayer de vous manipuler afin de vous effrayer ou de vous faire honte pour que vous ne décidiez pas d’avorter.

Personne ne doit vous pousser à prendre une décision concernant votre grossesse, quelle qu’elle soit. Vous seul savez ce qui est le mieux pour vous à ce moment-là. C’est pourquoi il est important d’obtenir les informations et le soutien dont vous avez besoin auprès de personnes de confiance qui vous donneront des informations précises et vous soutiendront sans vous juger.

Quand dois-je prendre une décision ?

Il est important que vous preniez le temps nécessaire pour décider de ce qui est le mieux pour vous. Cependant, le temps qu’il vous faut pour prendre une décision peut affecter vos options. Il est donc judicieux de réfléchir à ce que vous voulez faire dès que possible pour bénéficier des meilleurs soins possibles.

Si vous envisagez de vous faire avorter, il vous faudra peut-être du temps pour trouver un rendez-vous et vous devrez peut-être parcourir une longue distance pour obtenir des services d’avortement. En outre, il peut être plus difficile de trouver un médecin qui pratiquera un avortement après 12 semaines de grossesse (c’est-à-dire après le premier trimestre).

Si vous êtes susceptible de poursuivre la grossesse, que vous choisissiez d’élever le bébé ou de le donner en adoption, commencez par obtenir des soins prénataux dès que possible. Veillez à vous rendre régulièrement à vos rendez-vous prénataux avec votre médecinx tout au long de votre grossesse pour vous assurer que vous allez bien et que votre grossesse se déroule dans de bonnes conditions.

Si vous envisagez l’adoption, vous pouvez choisir de placer votre bébé en vue de son adoption à tout moment de votre grossesse. De plus, vous pourrez peut-être entamer la procédure d’adoption après la naissance du bébé. Le temps nécessaire à l’élaboration d’un projet d’adoption dépend de vous, de vos besoins particuliers et de votre situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *