Accéder au contenu principal

Quand la chaîne se brise



Souvent, en regardant Lola-Swan, notre petite dernière de 16 mois, une petite voix me dit que vivre ses petites et grandes évolutions va me manquer, que sa bouille de bébé, ses petites mimiques et rondeurs des premières années vont également terriblement me manquer. À l'heure ou les annonces de grossesses vont bon train sur les réseaux sociaux, chez nous, il ne se passe rien.

Je me souviens de cette excitation lors des premières échographies, des premiers mouvements de bébé in utero, de la découverte du sexe, du plaisir que nous avons prit à installer chaque petites chambres, à choisir les prénoms, à acheter les petites tenues, à préparer la valise de maternité. J'ai adoré prendre du temps pour moi lors des séances de préparation à l'accouchement, je souris en repensant à la peur que j'ai ressentie à chaque grossesse les quelques jours précédents l'accouchement, me disant "mais pourquoi on a fait ça?", je tremble en me remémorant la douleur et la violence des contractions. Et mon coeur explose quand je me remémore cette osmose avec mon mari aux premières heures de vie de nos enfants. La joie, le bonheur, l'admiration, la fierté, l'amour dans ses yeux. Je crois qu'il ne m'a jamais autant ouvert son coeur que ces 4 jours là, je pouvais lire dans son regard tout ce qu'il était incapable d'exprimer tant il était ému et bouleversé par ce nouveau rôle qui s'offrait à lui, à nous.

La première année de chacun de nos enfants est marquée par tout un tas de premières fois qui la rendent si unique et magique. Les premiers sons, le premier sourire, le premier rire, les premières dents, les premières cuillères de purée, les premiers mots. Depuis janvier 2013, notre quotidien est rythmé par toutes ces découvertes. Mais cette année, mon ventre est vide. Le jour du premier anniversaire de Lola-Swan, j'étais partagée entre la joie de fêter ce grand événement et ce pincement au coeur de savoir que, pour une fois, il n'y aurait plus de premier anniversaire l'année prochaine. Je me sens comme coupable de rompre cette chaîne qui perdurait depuis plusieurs années. Un peu comme si j'avais peur d'être moins heureuse, de briser cette osmose présente dans notre famille, nos 2 grandes filles me demandant régulièrement quand il y aurait de nouveau un autre bébé dans mon ventre. La fin d'une normalité pour moi, mais aussi pour eux. Un peu comme s'il fallait réorganiser notre vie, sans une naissance proche, se créer de nouveaux projets, de nouveaux rituels.

Une nouvelle étape dans notre vie de famille, je le sais nous n'en serons pas moins heureux et peut être même plus forts, mais il faut se faire à l'idée et ce n'est pas si simple pour la maman que je suis.

À très vite

Sigrid 😘

Commentaires

  1. Comme je te comprends... je crois que j'en suis encore à ce stade aussi ! Le deuil des grossesses, des bébés, des nourrissons. Je suis une maman comblée et fatiguée lol mais c'est tellement dur de se dire que c'est fini CE TEMPS. Bisous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, c'est comme un deuil. Cette période des premiers mois est extrêmement difficile mais tellement belle à vivre ! Des bisous ma belle 💟

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Twistshake baby, le biberon nouvelle génération.

Aujourd'hui on va parler biberon! Bébé renard a été allaité exclusivement jusqu'au jour de ses 2 mois mais étant sous-alimenté au sein et ayant moi-même une très forte baisse de lactation, nous avons dû abandonner notre aventure lactée pour commencer celle des biberons et du lait artificiel. Souffrant d'un léger reflux je donne à bébé renard un lait épaissi. Au départ je lui donnais dans les biberons anti-coliques de la marque MAM comme je l'avais fait pour mes deux filles. 
Mais comme je suis curieuse, j'ai voulu trouver une nouvelle marque de biberon à tester avec lui. En farfouillant sur instagram, je suis tombée sur la marque suédoise Twistshake baby et ça a été la révélation, c'était CE biberon que je voulais tester avec bébé renard! 


Pourquoi? Tout simplement parce que je ne connaissais personne dans mon entourage qui utilisait ce biberon et que je suis tombée amoureuse du design et des couleurs qu'ils proposent! Des coloris très flashys voir même fl…

Une mère fatiguée ? jamais !

Après plusieurs semaines de vertiges et de migraines, je me suis décidée à passer la porte d'un médecin généraliste chez qui je n'avais pas prit la peine d'aller depuis facilement 3 ans.

Il aura suffit de quelques explications de ma part et d'une prise de tension particulièrement basse pour qu'elle me glisse ces quelques mots qui ont sonnés extrêmement juste à mon oreille " vous savez, les mères pensent qu'elles ne doivent pas être fatiguées, que dans l'action elles gèrent tout et que ça convient à tout le monde, qu'elles font tout pour donner l'apparence d'une mère qui va bien mais sachez que vous AVEZ le DROIT d'être fatiguée et aujourd'hui il en va de votre santé".

C'est vrai, tellement vrai. Je ne dis pas souvent que je suis fatiguée car même mon mari ça le fait sourire d'entendre ça alors que je suis "à la maison", que je ne "fais rien", que je ne me lève pas le matin etc etc. J'ai donc pri…

Mon enfant de 2 ans ne parle pas

Je vous l'accorde, Louis-Maël n'a pas encore tout à fait 2 ans mais moins de 1 mois et demi nous sépare de ce deuxième anniversaire.

Plus les jours passent et plus mon mari et moi même nous rendons compte que niveau "évolution et apprentissages" il est très loin d'être comme ses soeurs au même âge. Nous ne comparons pas mais c'est une évidence.

Ce qui nous saute le plus aux yeux, c'est le langage. Il ne dit que très peu de mots et nous avons encore beaucoup de mal à communiquer avec lui. Son vocabulaire se résume à : papa, maman, merci, Mickey, oui, non et un semblant de je t'aime. Le reste du temps il parle dans son propre langage, ressemblant à nos yeux (oreilles?) à du chinois. Il finit donc souvent par s'énerver car nous ne comprenons pas ses envies et besoins. Une situation un peu délicate que nous n'avions encore jamais rencontrée puisque ses soeurs faisaient déjà des phrases à cet âge. Elles connaissaient également leurs couleurs, savai…