Accéder au contenu principal

Te mettre au monde

Vendredi 16 juin 2017 soit 38sa et 5 jours. 

La journée débute avec un rendez-vous sage femme : col mou et ouvert à 3, petit massage du col pour essayer de faire bouger un peu les choses.

Aucun signe d'accouchement dans la journée à part quelques saignements dû au massage.

L'heure de coucher les enfants arrive, je ne me sens pas capable de lire l'histoire des filles, je me sens toute bizarre et la tête de bébé me fait mal, difficile de trouver une position confortable. 20h15 Papa s'occupe de coucher les filles et part chercher des pizzas pendant que je m'installe dans le canapé.

20h30, une contraction aiguë me sort de mon état de somnolence. Papa arrive et les contractions sont vraiment douloureuses. Je lui dit de manger sa pizza, je contrôle l'intervalle entre les contractions... 5min, 3min, 2min... j'appelle la nounou qui arrive à la maison à 21h15. Les minutes me semblent des heures, j'ai tellement hâte d'être à la maternité pour qu'on me pose la péridurale et respirer un peu même si j'appréhende beaucoup la route vu la violence des contractions.

22h00 nous voilà en salle de naissance, la sage femme passe directement à l'examen du col : 5/6cm et elle m'annonce qu'elle va devoir me faire la prise de sang pour la péridurale et attendre une petite heure pour avoir les résultats et appeler l'anesthésiste... alors là sur ce coup là, ils assurent pas du tout les belges, ils pourraient vraiment faire ce bilan en amont! 22h10 elle me pique et commence à me faire comprendre que vu l'intervalle entre les contractions ça risque d'être fortement compromis pour la péridurale.  Autant vous dire que je me mets à paniquer, la douleur est insupportable, les contractions s'enchaînent, j'ai du mal à reprendre mes esprits et ma respiration entre chaque...

22h30, j'ai mal, je suis à bout nerveusement, et je sens que rien ne va plus, ça pousse déjà en bas... on sonne la sage femme qui m'examine et nous annonce fièrement que je suis à dilatation complète! J'ai du mal à réaliser, je pense surtout que je ne veux pas y croire... Je n'étais pas du tout préparée ni prête psychologiquement à ne pas avoir de péridurale ni à accoucher si rapidement. Dans ma tête tout se bouscule, la douleur est atroce, je ne contrôle ni mon corps ni ma respiration, j'ai plutôt l'impression d'être un animal sauvage en pleine savane...

La sage femme commence à tout installer dans la précipitation et appelle mon gynécologue pour qu'il vienne rapidement. Elle se poste entre mes jambes au cas ou le gynécologue n'aurait pas le temps d'arriver. Elle essaie de faire de l'humour en parlant de ma poche des eaux qui risque de lui exploser au visage à tout moment, mais je ne suis pas du tout dans cet état d'esprit. Je cherche papa du regard, il est là tout proche, pas vraiment stressé par la situation mais plutôt gêné de ne rien savoir faire pour me soulager..

Le gynécologue arrive et sa présence me rassure, nous avons toujours eu un bon contact avec lui lors des rendez-vous et voir un visage familier dans cette situation, c'est toujours positif. Il s'installe et perce la poche des eaux pour permettre à bébé de descendre plus rapidement. Les contractions me paraissent insurmontables, j'ai envie de pousser et en même temps j'ai envie que tout s'arrête là maintenant sans que ma fille ne sorte. Pourtant il va falloir y aller, papa m'aide autant qu'il peut, j'ai l'impression de tout donner, je sais que je suis en train de hurler de douleur mais je m'en fiche, je ne sais pas faire autrement... encore une fois, les minutes semblent être des heures, bébé supporte aussi mal que moi la rapidité du travail et son coeur montre de très gros signes de faiblesse... la sage femme s'installe près de ma tête afin de pouvoir faire pression sur mon ventre et aider ma fille à sortir plus vite lors des poussées...  (j'ai appris quelques jours après que cette pratique était interdite mais malgré tout dans ma situation cela m'a semblé être d'une grande aide)

22h51, Lola-Swan est là, posée sur mon ventre... anéantie par la douleur je peine à la toucher et à profiter de ce moment... les contractions sont toujours là et j'ai du mal à gérer psychologiquement cette suite d'événements... lorsque la sage femme me dit qu'elle va aller la peser etc avec papa, elle me demande si je veux qu'on l'habille ou si je veux faire du peau à peau par la suite, j'ai préféré qu'on l'habille.  C'est dur à dire et à écrire mais avec le recule je crois que j'en voulais à ma fille, je lui en voulais d'avoir autant souffert pour la mettre au monde!

23h10 nous sommes dans ma chambre, je ne réalise pas encore que tout est terminé, que ma fille est enfin avec nous, que tout va bien... moi dans ma tête, je n'allais pas bien, j'étais toujours sous le choc de cet accouchement express! C'est seulement une bonne demie heure plus tard que j'ai eu envie de prendre ma fille, de la découvrir, de l'admirer, la sentir, la câliner... c'est donc lors de cette première nuit et non dès la première minute que j'ai appris à créer le lien avec Lola-Swan ❤

On entend souvent dire qu'un accouchement rapide et/ou naturel c'est génial, merveilleux, le plus beau moment de notre vie et j'en passe. Alors je tiens à dire que même si j'en avais rêvé pour mon troisième et bien ça n'a pas du tout été le cas pour moi. Ça reste pesant pour moi d'en parler et en même temps c'est libérateur.  Oui j'ose dire que j'en ai voulu à ma fille et non ce n'est plus le cas aujourd'hui bien heureusement. Mais il faut savoir que l'accouchement peut-être merveilleux tout comme il peut être un choc psychologique/physique/émotionnel.

Poser ces mots ici est d'une grande aide pour moi et je compte sur votre bienveillance pour ne pas émettre de jugement ❤ J'en profite d'ailleurs pour remercier mon mari qui a été d'un soutient sans failles et qui s'est parfaitement adapté à la situation et a su me comprendre et m'épauler 😙 

Sigrid

Commentaires

  1. Tu m'avais dit 2/3 mots de ton accouchement mais j'en ai eu les larmes aux yeux rien que de te lire et de savoir à quel point tu as pu souffrir physiquement comme psychologiquement. T'es une warrior ma chérie et tu peux être fière de toi parce que moi je suis très fière de toi. ❤️

    RépondreSupprimer
  2. Super moment à lire, et de ma part il n y aura aucun jugement... Peu de personne ont le courage de dire ce qu il a ressenti. Pour ma part le lien avec ma fille s est fait le lendemain. Toutes mes félicitations pour ta puce. Elle est à croquer

    RépondreSupprimer
  3. J'ai eu l'impression d'entendre ma maman... Elle a vécu le même accouchement que toi pour mon frère.... Ça a été terrible... Ces douleurs, ne pas vouloir le prendre après la naissance car elle lui en voulait quelque part... les contractions pour la délivrance qu'elle ne connaissait pas ( moi je suis née par césarienne donc...) Je te comprends Sigrid, n'hésite pas à consulter un psy, pour Léonie je ne l'ai pas fais et j'aurais dû, 3 ans après je regrette... En tout cas tu as géré, comme une pro ^^ tu es une wonder'mum ��

    Mathilde

    RépondreSupprimer
  4. Texte très emouvant et rempli de sincérité.T as été au top vraiment bravo.Et le lien ne s etablit pas tjs a la 1ere minute qui plus est ds ces conditions express mais le bébé va bien ; )

    RépondreSupprimer
  5. J'ai accouché sans peri, c'était voulu, mais la douleur était tellement forte que je ne me rappelle plus du moment precis où ma fille est née, où on me l'a posé sur moi...

    RépondreSupprimer
  6. Pour mon 2ème accouchement plus que rapide, il est né dans l'ascenseur de la maternité, pas le temps d'arriver en salle de travail et pourtant ma j'avais eu ma toute première contraction un peu moins d'une heure plus tôt....
    Hé bien même sensation, je n'étais pas prête à accoucher comme ça et aussi vite !!!
    Bon après j'ai eu peur pour mon fils car on aurait pu le perdre du coup il est parti de suite en soin mais je ne peux que comprendre ce sentiment, pour les suivants je savais que ça irais vite et du coup accouchement rapide et tout parfait, mais j'étais prête et ça fait une énorme différence ^^

    Maintenant ta poupette est belle comme tout et elle est entourée d'amour et c'est le plus important ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots ❤ il est certain que la préparation psychologique joue un grand rôle dans notre gestion de la douleur et des événements !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Twistshake baby, le biberon nouvelle génération.

Aujourd'hui on va parler biberon! Bébé renard a été allaité exclusivement jusqu'au jour de ses 2 mois mais étant sous-alimenté au sein et ayant moi-même une très forte baisse de lactation, nous avons dû abandonner notre aventure lactée pour commencer celle des biberons et du lait artificiel. Souffrant d'un léger reflux je donne à bébé renard un lait épaissi. Au départ je lui donnais dans les biberons anti-coliques de la marque MAM comme je l'avais fait pour mes deux filles. 
Mais comme je suis curieuse, j'ai voulu trouver une nouvelle marque de biberon à tester avec lui. En farfouillant sur instagram, je suis tombée sur la marque suédoise Twistshake baby et ça a été la révélation, c'était CE biberon que je voulais tester avec bébé renard! 


Pourquoi? Tout simplement parce que je ne connaissais personne dans mon entourage qui utilisait ce biberon et que je suis tombée amoureuse du design et des couleurs qu'ils proposent! Des coloris très flashys voir même fl…

Mère de famille nombreuse : 10 phrases qui énervent !

Si vous êtes mère d'une famille nombreuse, vous avez déjà dû entendre ces phrases, et avouons-le c'est agaçant voir souvent énervant. 
Famille, amis ou bien même des inconnus, nombreux sont ceux qui glissent ces phrases, l'air de rien, dans une discussion. Souvent synonymes du jugements, elles persécutent les multiparts et j'en ai ma claque!
D'ailleurs c'est quoi une famille nombreuse? 2 enfants, 4, 6, 8 ou bien même 10? Comme souvent, je n'aime pas être cataloguée. Sommes nous donc une famille nombreuse ? Je répondrai simplement "Non, juste ce qu'il fallait à notre bonheur" ❤

"Ils sont tous à vous?" - Non Non il y en a 2 que je trouvais beaux dans la rue donc je me suis servie!"C'était voulu?" - Sachez que grossesse surprise ou pas, nous avons toujours le choix, donc oui c'était voulu! Non mais..."Vous savez que la contraception existe?" - Ah bah non tiens, première nouvelle! "Ils sont tous du même…

Une mère fatiguée ? jamais !

Après plusieurs semaines de vertiges et de migraines, je me suis décidée à passer la porte d'un médecin généraliste chez qui je n'avais pas prit la peine d'aller depuis facilement 3 ans.

Il aura suffit de quelques explications de ma part et d'une prise de tension particulièrement basse pour qu'elle me glisse ces quelques mots qui ont sonnés extrêmement juste à mon oreille " vous savez, les mères pensent qu'elles ne doivent pas être fatiguées, que dans l'action elles gèrent tout et que ça convient à tout le monde, qu'elles font tout pour donner l'apparence d'une mère qui va bien mais sachez que vous AVEZ le DROIT d'être fatiguée et aujourd'hui il en va de votre santé".

C'est vrai, tellement vrai. Je ne dis pas souvent que je suis fatiguée car même mon mari ça le fait sourire d'entendre ça alors que je suis "à la maison", que je ne "fais rien", que je ne me lève pas le matin etc etc. J'ai donc pri…