Accéder au contenu principal

Le coeur d'une mère

Quand on pense à avoir un enfant, on pense au positif : l'amour, la joie, le bonheur, les câlins, les bisous, le premier sourire, les premiers mots, les premiers pas etc...

Mais je crois qu'on ne pense pas à ce que notre coeur de mère va devoir subir : la douleur de voir son enfant souffrir. Que ce soit avec les coliques, les dents, les petites ou grosses maladies chez l'enfant...

Plus les années passent et plus je me rends compte qu'être mère, c'est dur. Non pas au quotidien mais à certains moments clés de la vie de son ou ses enfants.

J'ai l'impression que jamais mon coeur ne cessera d'être torturé quand je vois mes enfants souffrir. Pour un simple bobo de la vie courante ou pour une maladie accompagnée de fièvre et de douleurs... le sentiment est toujours le même, pourquoi je ne peux pas souffrir à leur place?

Première année de maternelle pour ma douce et j'ai l'impression de revivre ça à l'infini, comme si les pauses n'étaient pas autorisées, comme si cette première année était une épreuve à passer. Pour elle, mais aussi pour moi...

Je me plains de mauvaises nuits dans ces périodes là, mais il ne faut pas oublier qu'elle aussi dort mal et qu'il y a une raison à cela... passer au dessus de la fatigue pour l'apaiser, la soigner, la rassurer, la consoler sans perdre patience, ça relève souvent d'une grande maîtrise de soit. Être là pour elle, pour eux, dans les bons comme dans les mauvais moments. 

Le coeur d'une mère, c'est ça. Beaucoup d'amour, mais aussi un peu de souffrance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mère de famille nombreuse : 10 phrases qui énervent !

Si vous êtes mère d'une famille nombreuse, vous avez déjà dû entendre ces phrases, et avouons-le c'est agaçant voir souvent énervant. 
Famille, amis ou bien même des inconnus, nombreux sont ceux qui glissent ces phrases, l'air de rien, dans une discussion. Souvent synonymes du jugements, elles persécutent les multiparts et j'en ai ma claque!
D'ailleurs c'est quoi une famille nombreuse? 2 enfants, 4, 6, 8 ou bien même 10? Comme souvent, je n'aime pas être cataloguée. Sommes nous donc une famille nombreuse ? Je répondrai simplement "Non, juste ce qu'il fallait à notre bonheur" ❤

"Ils sont tous à vous?" - Non Non il y en a 2 que je trouvais beaux dans la rue donc je me suis servie!"C'était voulu?" - Sachez que grossesse surprise ou pas, nous avons toujours le choix, donc oui c'était voulu! Non mais..."Vous savez que la contraception existe?" - Ah bah non tiens, première nouvelle! "Ils sont tous du même…

Twistshake baby, le biberon nouvelle génération.

Aujourd'hui on va parler biberon! Bébé renard a été allaité exclusivement jusqu'au jour de ses 2 mois mais étant sous-alimenté au sein et ayant moi-même une très forte baisse de lactation, nous avons dû abandonner notre aventure lactée pour commencer celle des biberons et du lait artificiel. Souffrant d'un léger reflux je donne à bébé renard un lait épaissi. Au départ je lui donnais dans les biberons anti-coliques de la marque MAM comme je l'avais fait pour mes deux filles. 
Mais comme je suis curieuse, j'ai voulu trouver une nouvelle marque de biberon à tester avec lui. En farfouillant sur instagram, je suis tombée sur la marque suédoise Twistshake baby et ça a été la révélation, c'était CE biberon que je voulais tester avec bébé renard! 


Pourquoi? Tout simplement parce que je ne connaissais personne dans mon entourage qui utilisait ce biberon et que je suis tombée amoureuse du design et des couleurs qu'ils proposent! Des coloris très flashys voir même fl…

Accouchement : violences obstétricales et personnel soignant méprisant

Plus de 4 mois après la naissance de Lola-Swan j'ai envie d'aborder un sujet tabou avec vous.

Comme vous avez pu le lire ici, cet accouchement n'a pas été des plus simples pour moi. Et j'ai eu besoin d'un peu de temps avant de pouvoir vous raconter d'autres détails de ce moment si particulier.


• le personnel soignant méprisant alias la sage femme en service ce soir là : 

À peine me suis-je retrouvée devant elle que je savais déjà que ça n'allait pas être le grand amour entre nous. Elle m'a vu arriver sur mon fauteuil roulant (l'entrée des urgences étant totalement à l'opposé de la maternité ça nous a été d'une grande aide) et m'a accueilli avec un "bah ma petite dame, il va falloir se lever pour aller jusqu'à la salle, vous pouvez tout de même encore marcher!". Oui tellement pro qu'elle a su juger de mon état en une demie seconde et par la même occasion me mettre de mauvaise humeur.

S'en suit avec l'ouverture de…